Blogueur voyage : Une passion ou un métier ?

Il y a quelques jours (du 12 au 14 avril 2017), nous avons participé au 4ème Salon des blogueurs voyage, organisé par We Are Travel, qui se tenait à St-Malo. L’occasion pour nous de découvrir le monde des blogueurs voyage que nous avons rejoins il y a un peu plus de 6 mois, en créant notre blog les Amoureux du Monde. Entre interrogations, appréhensions, doutes, passion et réalité, nous vous livrons nos premières impressions  à chaud, en toute honnêteté.

Nous voyageons depuis de nombreuses années, d’abord chacun de notre côté, dans des contextes bien différents, puis en couple depuis notre rencontre. Cependant, l’idée de créer un blog sur lequel partager nos voyages, nos bons plans et nos conseils est quant à elle plutôt récente et prend finalement de plus en plus de place dans notre vie.

C’est donc à la fois enthousiastes et quelque peu intimidés que nous avons passé 2 jours à échanger avec des professionnels du tourisme et d’autres blogueurs sur la passion qui nous réunissait tous : les voyages !

Conférences, speed-meeting et soirées exceptionnelles

Entre les conférences sur divers thèmes liés à l’activité de blogueur (gérer un site avec WordPress, SEO, réseaux sociaux…) et des speed-meeting de 10 minutes entre blogueurs et professionnels du Tourisme, ces 2 jours intenses et très enrichissants nous ont permis de mieux comprendre l’univers du blogging, les enjeux et surtout le réel travail que cela implique.

Car si pour certains l’idée d’être blogueur voyage inspire le fait de voyager gratuitement en mode vacances, la réalité est bien différente. En effet, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes, blogueur voyage est un VRAI métier ! Rédaction des articles, photos, montage vidéo, gestion des réseaux sociaux, création et animation d’un site web, référencement, SEO… Un blogueur voyage se doit d’être polyvalent : rédacteur, photographe, vidéaste, développeur, graphiste, Community Manager, chargé de communication, relations presse, etc. autant de casquettes que le blogueur se doit d’endosser, souvent en apprenant sur le tas et surtout en sachant se débrouiller seul. Ce fut donc rassurant de voir que finalement nous n’étions pas seuls à vivre ce quotidien où notre passion est omniprésente.

Heureusement, pour se détendre un peu, l’équipe du #WAT17 avait organisé 2 soirées dans des cadres exceptionnels, l’une au Grand Aquarium de St-Malo et la seconde dans une demeure de corsaire.

Au final, après avoir échangé avec d’autres blogueurs et en regardant un peu autour de nous, hormis quelques exceptions, peu en vivent réellement. Et si l’on accepte d’écrire un article le dimanche à minuit, de faire un montage vidéo le soir en rentrant de notre autre boulot (celui pour lequel on est payé !), de « facebooker », « twitter », « instagramer », « youtuber » à toutes heures du jour et de la nuit, et ce, 365 jours/an, c’est avant tout et surtout par passion ! Et c’est bien connu, lorsque l’on est passionné, tout devient possible…

Blogueur voyage, du rêve à la réalité

Malgré tout, suite à ces 2 jours passés en immersion dans ce nouvel univers qui devient peu à peu le nôtre, une question, une appréhension aussi peut-être est apparue : doit-on faire de notre passion, notre principal métier ? J’entends par là, doit-on commencer à monétiser notre passion pour en vivre ? C’est une des grandes questions que l’on se posait avant de venir à ce salon. Et bien que nous ayons désormais la réponse, elle reste à nuancer. En effet, qui n’a jamais rêvé de vivre de sa passion ? Les artistes par exemple, tels que les chanteurs, comédiens, écrivains, peintres, etc. qui arrivent à vivre de leur passion, ont réalisé ce rêve, mais à quel prix ? Éloignement familial, sentiment de perdre sa liberté, dépendance de la reconnaissance du public, et pire encore, perte d’identité…

Mes diverses réflexions m’ont amené à faire un parallèle, tout relatif bien sûr, entre ces artistes reconnus et les blogueurs qui décident de vivre de leur passion, que ce soit les voyages, en ce qui nous concerne, la mode ou encore la gastronomie pour d’autres. Car, soyons honnêtes, cette activité, tout comme les activités artistiques, est intrinsèquement liée à 2 choses essentielles : le talent et la reconnaissance du public. Un chanteur sans talent et sans public ne chantera jamais sur une grande scène et ne gagnera donc jamais assez d’argent pour vivre convenablement. Au mieux, il fera de petits concerts sur de petites scènes jusqu’à ce qu’il se fasse remplacer par quelqu’un de « plus en vue ».

Bien que les univers soient différents, j’ai le sentiment qu’il en est de même pour un blogueur.  En effet, si l’on prend l’exemple d’un office du tourisme cherchant à promouvoir une destination, il parait logique qu’il veuille s’adresser à un blogueur grâce auquel il pourra toucher un grand nombre de personnes. L’importance de sa communauté devient donc un critère primordial. Cependant, cela signifie-t-il qu’un professionnel du tourisme ne doive travailler qu’avec un blogueur renommé ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’un blogueur reconnu ? Est-ce celui qui a 10 000 abonnés sur Facebook, ou est-ce celui qui bien qu’ayant une communauté plus restreinte, partage malgré tout quotidiennement sa passion, sans autre but que le partage ? Ou encore celui qui est expert dans un domaine bien précis et ne traite que d’un sujet mais d’une façon exhaustive? On peut être l’un ou l’autre ou tout à la fois, qu’importe. Je pense sincèrement que chacun peut avoir sa place. Chaque blogueur est différent et apporte un regard particulier sur son univers. Que l’on est 1 an ou 10 ans de blog, 1000 ou 100 000 abonnés, l’important ne réside-t-il pas dans l’âme de ce que l’on transmet? Qu’on soit bien d’accord, je ne remets absolument pas en cause les blogueurs qui, à force de travail, de passion et aussi de talent -ne l’oublions pas-, ont réussi à se créer une communauté importante au fil du temps (communauté dont nous faisons d’ailleurs bien souvent partie!) Au contraire, nous en sommes admiratifs et leur parcours est, pour beaucoup de nouveaux blogueurs comme nous, un exemple. Je veux simplement dire par là que, petit ou grand, chacun d’entre nous a sans aucun doute son importance.

Toujours est-il que cette impression de surenchère au nombre de like, de tweet, de followers… et cette question récurrente de certains professionnels du tourisme « quelles sont vos stat ? » m’ont fait me rendre compte de l’importance de cette fameuse « renommée ».

Petit mais costaud!

Pour être tout à fait transparents, nous avons en effet moins de 1000 abonnés sur Facebook, nous ne sommes pas adeptes de tous les réseaux sociaux mais après 6 mois d’existence, nous sommes ravis de voir notre communauté s’agrandir chaque jour un peu plus. Et au final, qu’importe le nombre de personnes qui nous suivent car ce qui est important pour nous c’est qu’ils le fassent pour de bonnes raisons.

Au risque de passer pour des égoïstes, nous voyageons d’abord pour nous. Nous choisissons les destinations qui nous plaisent, au rythme de nos envies et le partage vient après. Bien évidemment, lorsque nous sommes au milieu d’une plage paradisiaque ou d’un site remarquable, nous n’avons qu’une envie, c’est de la faire découvrir à tous ceux qui n’y sont pas pour qu’ils puissent ressentir la même émotion que nous. A l’inverse, lorsque nous sommes déçus par quelque chose, nous avons aussi à cœur d’en parler pour éviter à d’autres certaines déconvenues.

Tout ces avis sont bien évidemment subjectifs, ce qui plaît à l’un, ne plaira pas forcément à l’autre. C’est pourquoi il nous semble important de garder un maximum d’objectivité dans cette subjectivité 😉 Nous essayons d’utiliser les superlatifs avec parcimonie au profit d’informations claires et précises pour que chacun puisse se faire son propre jugement. Nous n’avons pas la prétention de penser que notre voyage est mieux qu’un autre, c’est simplement le nôtre et notre communauté nous connaît. Elle sait qu’elle peut compter sur nous, sur la véracité de nos propos et sur notre regard.

L’importance de garder son identité

Tout ça pour dire que nous avons réellement pris conscience de l’importance de rester nous-mêmes, de notre volonté de garder notre identité, aujourd’hui et demain et de ne pas se forcer à rentrer dans un moule qui ne serait pas le nôtre. « A spessu conquista mai sottumessa », telle est la devise de la Corse (comprenez « souvent conquise, jamais soumise ») et au-delà de l’amour que nous portons à cette île, c’est bien cette valeur que nous prônons.

Alors, bien sûr, vivre un jour de notre passion reste un rêve mais pas à n’importe quel prix et pas plus que de faire notre tour du monde en 2018 !

Alors si vous partagez nos valeurs, n’hésitez pas à nous suivre sur facebook, Twitter, Instagram, Youtube et allez jeter un œil à notre blog les Amoureux du Monde pour préparer vos prochains voyages !

Pour les professionnels, vous savez désormais qui nous sommes vraiment et si vous partagez notre éthique alors faites-nous signe 😉

Nous en profitons pour remercier ceux qui nous suivent depuis le début de cette aventure, ceux qui ont déjà commencé à nous faire confiance et je terminerai par ma citation préférée : « Rester, c’est exister mais voyager, c’est vivre » alors VIVONS !

On veut partir au bout du monde Evaneos!!!

Recevez les nouveaux articles par mail

* obligatoire

9 commentaires sur “Blogueur voyage : Une passion ou un métier ?

  1. Je trouve que c’est un très joli bilan, un très joli parallèle et vous avez tirez d’intéressantes réflexions pour vous suite au salon et c’est le plus important selon moi, se situer, savoir ce que l’on veut, trouver de l’inspiration et un nouvel élan pour l’année à venir!
    Reviendrez-vous l’année prochaine?

    1. Merci Lucie 🙂 Si nos emplois du temps nous le permettent, oui, je pense que nous reviendrons! Nous aurons un peu plus de recul par rapport à cette activité et peut-être du coup un autre regard aussi. En tout cas, Félicitations à toi pour ta nomination aux blogs experts, j’ai trouvé ta présentation très bien faite et très pro!

  2. Article très très censé, j’aime beaucoup la tournure et la délicatesse (que je n’ai pas parfois lol) que vous employez pour décrire ce boulot. Outre le fait que vous êtes « nouveaux » (c’est horrible ce terme au final) dans ce milieu, vous avez totalement conscience du boulot que ça représente, que les chiffres restent tout de même important, qu’il ne faut pas brûler les étapes (j’ai créé un kit media il y a seulement 2ans car je trouvais ça ridicule d’afficher mes petits chiffres lol et que j’ai finis par faire car c’était « important »), que tout le monde à sa place et surtout la base, qu’il faut rester soi-même !

    On vend tellement le blogueur comme la personne qui voyage gratos, qui profite à mort et du coup ça devient limite un phénomène, un mouvement dont tlm veux profiter. En tout cas, chouette article, restez vous même car c’est comme ça que les choses évoluent 🙂

    1. Merci Jenny 🙂 Je suis contente de voir que le message dans cet article a été bien compris. J’avoue que j’avais un peu peur de m’être un peu trop emballée et que certains passages soient mal interprétés ^^ J’ai donc du retravailler un peu sur la « délicatesse »! lol En ce qui nous concerne, malgré nos 6 petits mois d’existence, nous avons quand même fait un kit média mais sans mentionner de chiffres car comme tu dis, on trouvait ça un peu ridicule lol Malgré tout, c’est une question qui est souvent revenue lors de nos échanges avec les pro, du coup, on a bien été obligé d’accepter le fait que c’est un paramètre important. On le savait bien sûr mais on espérait et on espère toujours d’ailleurs que ce n’est pas le seul critère de « sélection » des pro! Bref, l’essentiel pour nous c’est de rester soi-même et surtout de continuer à faire les choses par plaisir 🙂

    1. Merci Clo 🙂 Je vois en effet que nous partageons le même état d’esprit 😉 J’avais lu tes 2 articles et j’adhère à 100%. Je me retrouve bien dans l’idée que « notre blog voyage c’est notre petit chez nous, notre refuge où nous partageons nos expériences et nos aventures ». C’est quelque chose que l’on construit de A à Z, on y passe un temps fou, il représente ce que nous sommes, c’est en quelque sorte notre bébé (sans les pleurs ^^), on tient à le préserver.
      J’espère aussi qu’on se croisera au WAT18! C’est vrai que pour notre 1ère fois, le seul regret qu’on puisse avoir c’est de ne pas avoir pu échanger avec beaucoup d’autres blogueurs, par manque de temps et peut-être aussi de timidité… A bientôt

  3. Bonjour,
    Il est trop bien ton blog, ne change rien continue de nous faire rêver, et, voyager par procuration, j’aime ta philosophie, elle est réaliste et intéressante.
    Je te remercie pour cet article très intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *