Aller au contenu
road trip en Croatie

Road trip en Croatie : 2 semaines sur la côte dalmate

La Croatie, joyau de l’Adriatique, encore préservée du tourisme de masse il y a quelques années, attire désormais de nombreux voyageurs souhaitant découvrir une variété de sites naturels, culturels et historiques. Ce pays qui se trouve au croisement de l’Europe Centrale et de la méditerranée possède pratiquement 1800 km de côtes bordées par la mer Adriatique et a été influencé au cours de l’histoire par de nombreuses cultures (grecque, italienne, ottomane, française…)
Destination devenue particulièrement onéreuse, d’autant plus depuis son passage à l’euro en janvier 2023, nous vous proposons de suivre nos conseils pour organiser et réaliser votre road trip en Croatie : itinéraire détaillé, transports, hébergements, budget, on vous dit tout !

Notre itinéraire de 15 jours en Croatie

Disposant de 15 jours de vacances (du 26 juin au 10 juillet 2023), nous avons concentré notre road trip principalement sur la côte dalmate entre Dubrovnik et Split, laissant de côté la région de l’Istrie pour un prochain voyage. Nous avons également inclu une excursion d’une journée au Monténégro pour découvrir les célèbres bouches de Kotor.

Nous avons pris l’avion au départ de Nantes et sommes arrivés et repartis de l’aéroport de Dubrovnik. Sachez qu’il existe plusieurs aéroports en Croatie mais en comparant les prix et afin d’éviter les frais d’aller-simple pour la location de voiture, il était plus intéressant financièrement parlant ainsi qu’au niveau des horaires de choisir l’aéroport de Dubrovnik à l’arrivée et au départ.

Jour 1 : Arrivée à Dubrovnik – Route vers les Lacs de Plitvice et pause à la source de la rivière Cetina- 460 km – 6hnuit près de Plitvice

Arrivés le matin à l’aéroport de Dubrovnik, nous avons parcouru pas loin de 500 km pour démarrer notre road trip Croate dans les montagnes. En effet, nous avons choisi de faire le plus long trajet à l’arrivée pour démarrer notre voyage par ce que l’on attendait le plus en Croatie : les Lacs de Plitvice. Pour ensuite redescendre jusqu’à Dubrovnik en 15 jours en s’arrêtant à plusieurs endroits différents.

Après avoir récupéré la voiture de location chez le loueur Autowill, nous prenons la route vers les Lacs de Plitvice. La route panoramique qui longe la mer depuis Dubrovnik est magnifique. Nous nous arrêtons dans une supérette (Studenak) pour prendre à manger pour le déjeuner et nous empruntons le nouveau pont de Peljesac mis en place en juillet 2022 qui relie la ville de Dubrovnik et le sud du littoral au reste du pays en évitant le passage frontière de Neum en Bosnie-Herzégovine. 

Nous passons un péage (5,80 €) et faisons une petite pause rapide pour déjeuner sur une aire d’autoroute.

Nous reprenons la route et longeons le très beau lac de Cétina qui nous rappelle un peu le lac Pukaki en Nouvelle-Zélande ! Il est difficile de s’arrêter le long de la route, c’est assez frustrant car les paysages sont magnifiques et on voudrait s’arrêter toutes les 5 mn pour prendre des photos. On finit par trouver une petite place sur le bas-côté pour immortaliser cette vue.

Si vous êtes à la recherche d’une activité originale, vivez une expérience unique en marchant, grimpant et sautant le long de la rivière Cetina. Devenez de vrais explorateurs, osez le canyoning !

Source de la rivière Cetina

Un peu plus loin, nous empruntons une petite route sur 6 km pour rejoindre le Cetina river Spring Blue eye ou « l’œil croate » dont on mesure pleinement la beauté avec une vue drone.
C’est ici, dans les montagnes à la frontière entre la Croatie et la Bosnie que se trouve une curiosité géologique, la source de la rivière Cetina. Ce « trou bleu » est un petit lac en forme d’œil qui a gagné en popularité grâce notamment à Instagram.

Une fois arrivés sur place, il y a quelques places de parking devant une plateforme en bois aménagée qui permet d’avoir le meilleur point de vue pour observer l’œil de Cetina, même si cela ne rend pas aussi bien qu’avec un drone.
L’endroit est encore peu connu des touristes, sublime, ce trou bleu parfois surnommé l’œil de la terre mesure environ 115 m de profondeur !

Depuis la plateforme d’observation, il est possible d’emprunter un petit sentier de quelques mètres pour descendre au bord de la source. Il est déconseillé de s’y baigner même si certains tentent l’expérience. Pour ma part, je me contente de tremper les pieds car l’eau est tout simplement glacée (sans doute moins de 10°) ! Impossible d’y rester, ça me brule littéralement les pieds.
Juste à côté de la source se trouve une jolie église orthodoxe serbe et une autre en ruine dans le cimetière situé à quelques mètres.

Après cette petite pause revigorante, il nous reste 2 h de route pour rejoindre notre premier hébergement situé à Grabovac, tout près de l’entrée des Lacs de Plivitce, que nous découvrirons le lendemain. Nous y arrivons en début de soirée. Nous passons au supermarché (Konzum) qui se trouve à 1 km de l’hébergement pour prendre de l’eau et des sandwichs pour le lendemain midi. Nous découvrons le prix du pack d’eau le plus cher de tous les pays que nous ayons visité : 6,54 € ! A savoir que nous n’avons quasiment jamais trouvé de sandwich tout fait dans les supermarchés car il semblerait qu’il faille choisir du pain en rayon et demander au rayon boucherie de le préparer directement…
Nous profitions de la piscine et du jacuzzi de notre hébergement pour nous reposer de cette longue journée de route.

Jour 2 : Journée aux Lacs de Plitvicenuit près de Plitvice

Le parc national des lacs de Plitviče est une réserve forestière de 295 km² au centre de la Croatie.
C’est aussi le plus ancien et le plus grand parc national de la République de Croatie.
Il est connu pour sa chaîne de 16 lacs en terrasse, liés par des cascades, qui s’étendent dans un canyon calcaire. Des promenades et des chemins de randonnée serpentent autour de l’eau sur des passerelles en bois et sur l’eau, et un bateau électrique relie les 12 lacs supérieurs et les 4 lacs inférieurs. Ces derniers constituent le site de Veliki Slap, une cascade de 78 m de haut.

Un site magnifique qu’on vous recommande à 100% !

Nous avons démarré la visite à l’ouverture du parc dès 7h pour pouvoir se balader tranquillement et surtout profiter des différents points quasiment seuls loin du tourisme de masse qui rend l’expérience moins agréable en pleine journée. En prenant notre temps ainsi que de nombreux arrêts photos et en utilisant le bateau électrique ainsi que le bus reliant différents points, nous avions fini notre visite à 13 h soit 6h sur place.

Infos pratiques pour visiter le parc de Plitvice

Il existe 2 entrées officielles distantes de quelques kilomètres : l’entrée 1 et l’entrée 2. Nous sommes arrivés par l’entrée 1, la plus proche de notre hébergement. Nous y avons garé notre voiture sur un grand parking (7,80 € pour 6h).
Il y aurait également une 3ème entrée plus confidentielle, peut-être réservée aux touristes qui dorment à l’intérieur du parc…

Où acheter vos billets ?

Nous avions acheté nos billets plusieurs semaines à l’avance sur le site officiel du parc (40 €/personne) pour être sûr de pouvoir entrer sur le premier créneau du matin (entre 7h et 8h) mais vous pouvez aussi acheter vos billets sur place. En arrivant si tôt, c’était très agréable car peu de monde, nous avons pu voir tous les points tranquilles.
Pour visiter les lacs de Plitvice vous avez le choix entre 8 parcours différents nommés par les lettres A à K (vous pouvez voir le détail des itinéraires sur le site officiel). Le plus court s’effectue en 2 à 3 h de marche, le plus long se fait en 6 à  8 h de marche.
Au final, difficile de vous dire précisément quel parcours nous avons suivi car tous les chemins finissent par se croiser à un moment donné et tout dépend si l’on utilise le bateau et/ou le bus. On a tenté au départ de suivre le parcours H mais tout se croise par moments donc on a dû se retrouver sur le C également.
Tout ce que l’on peut vous dire c’est que lors de notre passage fin juin 2023, le sentier qui monte situé au pied de la grande cascade était fermé et le circuit K barré sur les panneaux d’information.
A un moment donné, nous avons emprunté le bateau pendant environ 15 mn de P3 à P2. Le bateau est inclus dans le billet et passe toutes les 30 mn. Il peut contenir environ 100 personnes. N’hésitez pas à arriver un peu avant aux heures d’affluence.

Nous avons ensuite pris le bus de St3 à St1 pendant environ 20 mn puis avons longé à pied le parc sur les hauteurs pour admirer de jolies vues au-dessus des bassins sur le retour qui rejoint l’entrée 1.

La couleur de l’eau est encore plus belle en milieu de matinée mais il y a aussi plus de monde sur les passerelles en bois, rendant la balade moins agréable. Nous retournons simplement à la grande cascade mais devant l’ambiance file indienne, on décide de se poser sur un banc pour manger notre sandwich avant de repartir.
Vous trouverez des WC, à boire, à manger et des points info à chaque P1, P2, P3.
Le temps se couvre un peu dans l’après-midi mais nous offre néanmoins de belles éclaircies qui nous permettent de nous reposer à la piscine et dans le jacuzzi !

Jour 3 : route vers Sibenik – 190 km / 2h – visite de Sibenik puis route vers KRKA 20 km/20 mn – nuit près de KRKA à Skradin

Canyon Pueblo Winnetou (entre Plitvice et Split)

Réveil sous la grisaille et la pluie, il ne fait que 14° ! Nous sommes dans les terres, pensez qu’il fait souvent plus frais qu’en bord de mer. Après un bon petit-déjeuner, nous quittons notre hébergement un peu avant 9 h direction la ville de Sibenik. Sur la route, nous faisons un petit détour pour découvrir le canyon Pueblo Winnetou (Kanjon Zrmanje Od Obrovca Do Ušća en Croate).

Il se trouve à 100 km au nord de Sibenik. Le paysage est très différent de ce que l’on a pu voir ailleurs dans le pays. On lui trouve un petit air des canyons aux USA. Il paraitrait que plusieurs films ont été tournés dans ce décor dont Winnetou qui a donné son nom au canyon.

Pour accéder au point de vue, il faut quitter la route 54 et emprunter la route en terre qui est praticable jusqu’au bout avec une voiture normale. Ce n’est pas forcément bien indiqué, nous vous conseillons d’utiliser le GPS en entrant ces coordonnées sur Google maps. Sur place, rien de particulier à faire, ci ce n’est d’admirer le canyon. Nous avons découvert ce spot grâce au blog Carnets Voyages.

Nous y arrivons vers 10h30 et nous y restons environ 30 mn. Il y a énormément de vent mais le paysage est très joli.

L’aller-retour depuis Sibenik ne se justifie pas forcément mais si, comme nous, vous passez dans le coin lors de votre road trip, vous pouvez y faire un arrêt.

Sur la route vers Sibenik, nous faisons encore un léger détour pour passer devant l’île de Galešnjak. Il s’agit d’une île privée, proche de la côte, en forme de cœur. Mais pour admirer ce joyau, la seule option est de faire voler le drone. Au vue de la météo et du vent, on préfère ne pas prendre de risque. Voici un aperçu de cette île vue du ciel. (crédit photo)

Sibenik

Nous arrivons sur Sibenik vers 14 h après 6 km de bouchons. Nous nous garons sur une place gratuite le long de la route (ici). Nous déambulons dans les ruelles de la vieille ville que nous trouvons très jolie avec notamment la cathédrale Saint Jacques (l’entrée est payante, nous ne sommes pas rentrés) située sur la Place Republike Hrvatske. La Trg Republike Hrvatske est la plus belle place de la vieille ville. C’est aussi la plus touristique.

Nous décidons ensuite de monter jusqu’au fort d’Ivana pour admirer la ville de Sibenik depuis les hauteurs.

Vous trouverez plusieurs forts à Sibenik. Le plus fréquenté, c’est celui de Mihovila (entrée payante), vous y découvrirez un point de vue magnifique sur la ville et sur les îles en face.

L’autre fort qui mérite votre attention, c’est le plus haut (et donc celui offrant de fait le meilleur point de vue), celui d’Ivana, d’où nous avons pris les photos (entrée payante également pour visiter le fort) mais admirer la vue depuis les hauteurs c’est gratuit ! 🙂

S’il fait beau, vous pouvez aussi prendre le soleil sur la plage de Banj. C’est une plage de galets, l’eau est turquoise et il y a de quoi se restaurer ou boire un verre directement sur place. En prime, vous profiterez d’une très belle vue sur la ville.

Une demi-journée suffit à visiter la vieille ville.

Le temps se dégage en fin de journée. On en profite pour manger une glace (en remplacement du déjeuner que nous avons zappé!) et faire quelques achats souvenirs.

Pour ne rien manquer de la ville, n’hésitez pas à réserver une visite guidée dans Šibenik.

Nous reprenons la route à 18 h en direction de notre hébergement qui se trouve à Skradin, l’un des points de départ pour visiter le parc de Krka prévu au programme du lendemain. Après une bonne douche, nous partons nous balader le long du port de Skradin où nous prenons un kebab à emporter. La ville est mignonne mais il n’y a pas grand chose à voir, principalement des restaurants et dès 21h il n’y a plus grand monde dans les rues.

Réservez votre excursion au Parc de Krka au départ de Sibenik

Jour 4 : Parc Krka puis route vers Trogir 65 km/60 mn – nuit à Kastela

Le Parc National de Krka (à prononcer « Keulka ») surtout connu pour ses célèbres cascades de Skradinksi Buk est souvent mis en avant sur les cartes postales de la Croatie, c’est d’ailleurs le parc le plus visité derrière celui de Plitvice.
Il occupe environ 110 hectares et se compose en partie de chutes d’eau créées par le travertin. La faune et la flore sont également à l’honneur, puisque vous pourrez découvrir des centaines d’espèces végétales et d’oiseaux, et des dizaines d’espèces de poissons, de reptiles et de mammifères.

Il faut une journée complète pour visiter le parc dans son intégralité (les 6 sites principaux). Pour une excursion aux cascades de Skradinksi Buk uniquement, une heure sur place suffit.

La boucle complète pour faire le tour du parc au départ de Sibenik fait 137 km.

Vous trouverez un article très détaillé sur comment visiter le parc de Krka sur le blog Carnets Voyages qui nous a bien aidé. 🙂

Parc de Krka : cascades de Skradinksi Buk

  • Comment s’y rendre ? Il y a plusieurs entrées dont Lozovac (au nord) et Skradin (au sud) avec bateau.
  • Bateau de Skradin: départ toutes les heures (8h, 9h, 10h…) et retour toutes les heures (8h30, 9h30…)
  • Horaires: 8h – 20h en été
  • Tarifs: 40 €/pers en 2023
  • Site internetcliquez-ici. Possibilité d’acheter ses billets en ligne pour éviter la queue.
  • Entrée Skradin (notre option) : en arrivant dans le village de Skradin, si vous n’avez pas réservé vos billets en ligne, vous pouvez vous rendre à l’office de tourisme pour les acheter. Le billet inclus la balade en bateau pour rejoindre le parc, la visite de Skradinski buk mais aussi les autres sites du parc sans devoir payer de supplément.

Si vous ne souhaitez pas prendre le bateau vous pouvez aussi longer la rivière à pied sur un sentier sans dénivelé de 3,5 km (45 min environ).

  • Entrée Lozovac (grand parking gratuit) : avec cette option ce n’est pas le bateau qui vous dépose au pied des cascades mais un bus ou à pied via un sentier qui coupe par la forêt (long de 875 m pour 10 min de marche).En dehors de ces deux points d’entrée qui sont les plus fréquentés, il y a aussi d’autres points d’accès :
  • Remetić ou Stinica pour se rapprocher de l’îlot Visovac et son monastère
  • Roški Slap qui permet de visiter les cascades de Roški Slap et la grotte de Oziđana pećina
  • Kistanje pour visiter le monastère de la Krka

Ayant réservés nos billets la veille par internet, nous prenons le bateau de 8 h pour rejoindre le parc de Krka et démarrer notre visite par les chutes de Skradinski buk. Notre hébergement étant situé à quelques mètres de l’embarcadère, nous y laissons notre voiture sur le parking qui  nous est réservé.

Réservez votre excursion aux cascades de Krka depuis Split

Réservez votre excursion aux cascades de Krka depuis Trogir

La balade en bateau est agréable, sereine, nous sommes entourés par la végétation. Le trajet dure 25 mn.

Un sentier d’à peine 2 km (environ 1h de marche), emprunte des passerelles en bois sur pilotis. Cet itinéraire sous forme de boucle permet de découvrir la richesse de la faune et de la flore avec de nombreux panneaux explicatifs sur les espèces qui peuplent ce milieu naturel. Il est facile à suivre puisque des petits panneaux indiquent la direction à prendre, ceci afin que tout le monde marche dans le même sens. Les passerelles étant assez étroites, il n’est pas évident de se croiser.
Juste avant la grande passerelle qui permet de voir les cascades de Skradinski Buk, vous trouverez de quoi boire et manger. De nombreux chalets en bois vendent des sandwichs et snacks, on trouve aussi des boutiques de souvenirs et des toilettes.

Il est possible de faire le tour en 1 h mais prévoyez plutôt 2 h si vous voulez prendre votre temps et de nombreux arrêts photos ! Nous finissons notre tour à 10h15 et nous prenons le bateau de 10h30 pour retourner à Skradin. Il y a un bateau toutes les heures pour le retour donc si vous loupez le coche et que vous ne souhaitez pas attendre le prochain, il est possible de retourner à Skradin par un chemin qui longe la rive mais qui ne présente pas de réel intérêt si ce n’est de marcher 3 km à pied.

Nous avons apprécié les chutes de Skradinski buk bien que nettement moins impressionnantes que Plitvice. Nous lui avons également trouvé une ambiance un peu moins « naturelle « du fait de son aménagement et nous avions plus la sensation par moments d’être dans un parc aménagé avec son musée, son expo photos qu’un lieu sauvage et naturel.

Heureusement le parc de Krka ne se résume pas uniquement aux chutes de Skradinski buk. Le ticket inclus également l’accès à d’autres sites.

Ilot de Visovac et son monastère

De retour à Skradin, nous reprenons notre voiture pour aller voir l’îlot de Visovac depuis la rive mais nous n’y trouvons que peu d’intérêt comparée à la vue magnifique que nous découvrons 20 km plus loin depuis le belvédère aménagé de Rogovo. Nous y faisons d’ailleurs notre pause repas avec les sandwichs achetés au parc dans la matinée. C’est d’ici que vous prendrez la mesure de la beauté du site car depuis la rivière le point de vue est bien différent.

Il est possible de visiter le monastère de Visovac en optant pour la promenade en bateau depuis Skradinski Buk ou en prenant un bateau à Stinice et Remetic sur les rives de chaque côté de l’îlot (5 min de traversée et 30 min de visite). Il est interdit d’utiliser un drone pour faire des photos aériennes de Visovac, un panneau met en garde les utilisateurs. Pour cela, nous vous conseillons plutôt de monter au belvédère.

Nous quittons le belvédère à 12h30 direction Roski Slap.

Roski Slap

Le site de Roski Slap est situé à 8 km au nord du point de vue sur l’îlot Visovac.

Pour visiter les cascades, vous pouvez prendre un billet pour une promenade en bateau ou vous rendre directement sur place en voiture.

Arrivés sur place, les places de parking sont peu nombreuses mais heureusement, il n’y a pas trop de monde donc nous arrivons à nous garer assez rapidement. Des employés en bleu contrôlent que nous ayons bien nos tickets. En empruntant le sentier après le point de vérification des billets on arrive aux moulins où il y a un restaurant assez surprenant puisque des tables sont aménagées les pieds dans l’eau !

Pour aller voir la cascade principale, il faut aller au bout du quai d’amarrage des bateaux. Elle est jolie mais pas exceptionnelle et assez loin. Nous poursuivons la balade en reprenant le chemin qui passe sur le pont au nord des guichets. Le chemin fait une boucle si vous passez par la passerelle. Vous y découvrirez de jolies vues sur le phénomène de travertin formant la succession de petites cascades.

En empruntant le sentier pédagogique de Stinica, 600 marches vous attendent pour découvrir le belvédère, qui doit offrir un joli point de vue sur la rivière Krka, et la grotte d’oziđana pećina occupée jusqu’à 5000 ans avant notre ère. La chaleur a eu raison de notre courage!

Info 2023 : contrairement à ce que l’on avait pu lire, la baignade est interdite tout comme à Krka et aux lacs de Plitvice.

Monastère de Krka

Nous repartons à 13h45 direction la dernière cascade de Manojlovački. Sur la route, nous nous arrêtons au monastère Krka vers 14 h situé à 16 km en voiture de Roski Slap. Suivez les panneaux de couleur marron : Manastir Krka. L’accès au monastère est gratuit si vous disposez d’un billet « tous les sites ».

Le cloitre qui se trouve à l’intérieur est très mignon et il est possible de visiter les catacombes romaines exclusivement avec un guide. On entre également dans l’église orthodoxe dont l’architecture mélange les styles byzantin et méditerranéen. L’intérieur est richement décoré de fresques, d’icônes, d’objets d’arts et de précieux livres et manuscrits.

Cascades de Manojlovački

Vers 14h30, nous continuons notre route vers le nord, 10 km après le monastère orthodoxe de Krka, pour arriver sur le site des cascades de Manojlovački. On est ici à 42 km des chutes de Skradinski Buk, autant dire que peu de touristes viennent jusque-là et nous étions pratiquement seuls sur place. Pourtant ces cascades sont parmi les plus belles du parc mais aussi les plus grandes avec une hauteur totale de 59 m (la plus haute fait 32 m).

A 500 m se trouve un ancien amphithéâtre. Si vous aimez les ruines, vous pouvez vous y arrêter…

En arrivant sur le site des cascades de Manojlovački, prenez le chemin sur la droite à côté d’une plaque commémorative en l’honneur de l’Empereur François-Joseph Ier d’Autriche, qui avec son épouse Sissi avait admiré la beauté du paysage en 1875, vous aurez un très beau point de vue sur la cascade de Manojlovački.

Nous avons beaucoup apprécié ce site que nous avons trouvé bien plus impressionnant que Roski Slap pourtant plus connue.

En prenant le sentier de gauche, il semblerait que l’on puisse s’approcher des cascades, mais nous ne l’avons pas fait car pas motivés à l’idée de la remontée sous cette chaleur !

15h30 fin de notre journée au parc Krka, nous reprenons la route vers notre hébergement près de Split où nous arrivons vers 17 h. Petit tour à la piscine, douche et dîner dans un restaurant conseillé par notre hôte, le Tich Kitchen & bar, à Kaštel Stari. Les burgers y sont pas mal et on se souviendra de notre serveuse très sympathique mais un brin loufoque ou un peu (trop) alcoolisée ! 🙂 Nous finissons la soirée par une balade le long de la plage en dégustant une bonne glace (la meilleur de notre séjour). A 21h30, il fait déjà nuit, le soleil se couche beaucoup plus tôt qu’en France !

Jour 5 : Split – nuit à Kastela

Split

Avec plus de 450 000 habitants, Split est la deuxième ville la plus peuplée du pays derrière Zagreb. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle bénéficie d’une histoire très riche et abrite un patrimoine culturel exceptionnel.
La ville abrite une telle diversité de sites médiévaux très bien conservés qu’elle a même été choisie comme lieu de tournage pour de nombreuses scènes de la série Game of Thrones et vous pourrez d’ailleurs visiter ces sites.

Notre journée démarre à 8h45 pour rejoindre la vieille ville de Split situé à 17 km de notre hébergement. Nous arrivons au parking de Supijan (7,60 € pour la journée – tarif intéressant par rapport aux autres parking sur Split) à 9h30, le temps de comprendre le parcmètre en Croate, nous longeons le bord de mer pour rejoindre la vieille ville.

Le Palais de Dioclétien

Le monument est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Il existe différents billets en fonction des parties que vous souhaitez visiter. Nous avons choisi celui permettant de visiter la Cathédrale Saint-Domnius et de monter au campanile datant du XIIe siècle, pour profiter d’une vue sur toute la ville. C’est principalement pour ce dernier point que la Cathédrale Saint-Domnius est un incontournable à faire à Split.

La place du Peuple

C’est ici que se situe le cœur de la vieille ville. Aussi appelée Pjaca, la place est idéale pour prendre un bain de soleil tout en sirotant la boisson de votre choix. Toutefois, nous vous conseillons d’opter pour les vins de Dalmatie, spécialité de la région.

Voir les Portes de la vieille ville

La mieux conservée et la plus impressionnante est la Porte d’Or, Zlatna Vrata, qui donne directement sur le petit parc Strossmayer. Les autres portes sont moins grandioses mais on les devine encore aisément, et permettent d’imaginer sans mal à quoi pouvait ressembler l’enceinte de la ville durant ses plus grandes heures, quelques siècles auparavant.

La place Republike Prokurative

C’est une place qui dénote clairement avec l’architecture du reste du centre historique de Split, où toutes les façades sont en pierres claires. Ici, tout est peint en rouge. Malheureusement, un concert étant prévu lors de notre passage, la place était inaccessible.
En sortant de la place vers la mer, vous tomberez directement sur le bout de la promenade Riva.

La promenade de la Riva

La Riva est le nom du bord de mer, là où l’on retrouve de nombreux cafés et restaurants bordés de palmiers. S’y promener est bien agréable.

Admirer la vue sur Split depuis Matejuska

En sortant de la place Republike Prokurative vers la mer, il suffit de longer la portion de promenade, pour arriver jusqu’à une petite digue offrant un panorama sur la Riva et les toits oranges du vieux Split. L’endroit s’appelle Matejuska et c’est un bon spot pour admirer Split.

Une demi-journée suffit pour faire le tour de la vieille ville.

Split n’a pas été un coup de cœur notamment à cause de l’afflux de touristes (et nous y étions pourtant en tout début de période estivale). Les ruelles sont jolies mais nous y avons trouvé beaucoup trop de monde pour apprécier pleinement la balade. Il y a néanmoins de très jolis édifices et la Riva bordée de palmiers est très agréable.

On y aura gouté notre premier Cevapi, célèbre sandwich croate dans une institution fortement plébiscitée par de nombreux voyageurs : Kantun Paulina.

Ayant prévu de nous rendre sur les îles voisines durant notre séjour, nous tentons d’aller réserver nos billets pour le ferry mais nous n’avons pas les papiers de la voiture sur nous et apparemment ils sont indispensables pour pouvoir acheter les billets. Nous les avons finalement réservés en ligne le soir-même, sans qu’on ne nous demande quoi que ce soit hormis le gabarit de la voiture.

De retour au parking à 14h30, la chaleur accablante nous dissuade de monter au point de vue qui se trouve sur la coline Marajan qui culmine à 178 mètres et possède la dénomination de parc naturel.

On décide de s’octroyer une pause baignade sur l’une des plages proches de Split.

Plage de Kasjuni

Réputée comme étant la plus belle plage de Split, il s’agit d’une plage de galets en forme de croissant de lune, avec en cadre les pins de la colline de Marjan. La zone de baignade est grande, l’eau translucide. Accessible en voiture et parking gratuit sur place.

C’est la première plage que nous découvrons mais il y a beaucoup trop de monde pour nous, impossible de trouver un coin où poser sa serviette au milieu d’une horde de jeunes, ambiance musique à fond. On ne se sent pas vraiment à notre place.

Plage de Bacvice

La plage la plus centrale de Split : c’est la seule plage de sable fin de Split. Mais là encore beaucoup trop de monde pour nous ! La plage n’est pas bien grande donc finalement beaucoup de gens sont posés à même le béton.

Plage de Znjan

Finalement, nous posons nos serviettes sur la plage de Znjan découpée en plusieurs petites criques. La plage, toujours de galets ou plutôt de cailloux est plus grande donc on arrive à trouver plus facilement un petit coin où se poser. L’eau est magnifique bien que fraîche mais les barres d’immeubles plutôt délabrés en guise de front de mer ne font pas rêver…
Petit bonus non négligeable tout de même : il y a un grand parking gratuit également si vous venez en voiture.
Nous y resterons 2 h avant de rentrer manger une glace le long de la plage située près de notre logement finalement plus familiale que les plages de Split.

Vous l’aurez compris, notre sentiment sur Split est plutôt mitigé. Il s’agit selon nous d’une ville très (trop) touristique où nous y avons croisé beaucoup de jeunes fêtards profitant des nombreuses croisières en bateau où l’intérêt se résume plus à boire sans modération en écoutant de la musique à fond que d’admirer la beauté des paysages.

Cependant, Split est un point de départ idéal pour se rendre sur les îles voisines ou trouver des excursions organisées mais clairement pas un havre de paix si vous souhaitez vous reposer en famille !

Le soir, nous dînons au Mala Mora, un super restaurant situé à Kastela, au bord de la mer, digne d’un gastronomique, notamment au moment du dessert avec son inoubliable tiramisu pèche. Une véritable œuvre d’art culinaire !

Jour 6 : Trogir – nuit à Kastela

Trogir

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997, Trogir est un vrai petit dédale de ruelles pavées, aux murs blancs et aux volets verts, si typiques de la Dalmatie.

La partie « Est » de la ville est la plus intéressante touristiquement parlant : on y trouve de nombreuses églises ainsi que la superbe cathédrale Saint-Laurent. Et Si vous aimez les fortifications, vous pouvez aussi jeter un œil au fort Kamerlengo, à l’extrémité sud-ouest de l’île.

Pour ne rien manquer de la petite Venise croate, réservez une visite guidée dans Trogir pour découvrir son charmant centre historique à la recherche des plus beaux recoins. Vous tomberez sous le charme !

2 h suffisent pour faire le tour de la vieille ville et c’est un vrai plaisir de flâner dans ses ruelles ombragées, de se poser boire un verre au bord de l’eau ou manger un morceau dans une cour à l’écart de l’agitation.

Nous arrivons sur Trogir à 9h45 et nous nous garons sur un parking à 800 m de la vieille ville (1 €/h ou 5 € la journée). Celui qui se situe juste à l’entrée de la vieille ville est à 6 €/h, ça vaut le coup de marcher quelques minutes !

Nous essuyons une bonne averse en arrivant suivie d’un grand soleil, on s’en ai bien sorti.

la cathédrale Sv. Lovre de Trogir

Construite au 13e siècle, c’est l’édifice à ne pas manquer lors de votre visite de Trogir : elle est admirable autant de l’extérieur (son portail art roman) que de l’intérieur (la chapelle et ses voûtes gravées de visages). L’entrée est payante et inclut la grimpette dans la tour principale de la cathédrale, d’où on a une vue imprenable sur Trogir et ses environs. Nous avons passé notre tour.

la place Ivana Pavla II

Si vous êtes féru d’architecture, repérez les gravures dans les façades, les lions devant la cathédrale, la loggia qui servait de lieu de rassemblement populaire, ou encore la Tour de l’Horloge devant l’église Saint-Sébastien (15e siècle). Une place à ne pas rater !

Faire le tour de Trogir en marchant au bord de l’eau

La ville médiévale de Trogir est une petite presqu’île, cernée d’un côté par la mer et de l’autre par un canal. Cela en fait une véritable place forte médiévale, incroyablement bien préservée. Forcément, sa situation géographique fait de l’eau l’un de ses points d’intérêt touristique majeurs.

Pour flâner au bord de l’eau lors de votre visite de Trogir, nous vous conseillons plusieurs endroits. Vous pouvez marcher sur la promenade Obana Bala Berislavica, une large avenue qui n’est pas sans rappeler la Riva de Split, avec ses grandes façades blanches, ses hauts palmiers élégants et ses nombreuses terrasses ensoleillées. D’ailleurs les locaux ne s’y trompent pas : ils ont surnommé cette promenade «Riva », du même nom que celle de Split.

la forteresse Kamerlengo

Si vous décidez de la visiter (entrée payante), ne vous attendez pas à découvrir une forteresse médiévale entretenue ou à apprendre quoi que ce soit sur la vie des gens qui y habitaient à l’époque. Le seul intérêt de faire la visite et de grimper sur les murailles est la vue splendide sur Trogir, la Riva, et les habitations de l’autre côté du bras de mer.

les remparts et la Tour Saint Marc

Les remparts de la ville de Trogir ne se visitent pas, mais vous pouvez les admirer lors de votre promenade par l’extérieur, le long de l’eau. Une bonne part d’entre eux sont visibles, notamment sur la Riva (la promenade Berislavica, de son vrai nom). N’hésitez pas à jeter un œil à la Tour Saint Marc (Kula Sv. Marka), qui se trouve à l’angle nord-ouest du petit îlot du vieux Trogir et servait de point de ralliement des murailles nord et ouest de la ville. Il en reste une tour d’observation et de défense étonnamment bien conservée.

Nous mangeons un cevapi le long de la Riva puis faisons quelques courses au supermarché Konzum où les caissières sont toujours aussi aimables ! Au moment de vouloir payer le parking, 2 français sont bloqués devant nous à la borne de paiement. Ils ont mis un billet de 20 € avalé sans retour de ticket. Ils essayent tant bien que mal de discuter avec le monsieur à travers la borne qui finit par ouvrir la barrière. Quelques personnes en profitent pour sortir, nous suivons la troupe ! On ne saura jamais si ce couple a réussi à récupérer son billet… Cette histoire nous aura fait économiser 4 €. 🙂

Sur la route du retour vers notre hébergement, nous faisons un plein d’essence par mesure de sécurité avant de nous rendre sur les îles les jours suivants car on ne sait pas si on y trouvera beaucoup de stations.

Nous profitons d’un après-midi farniente à la piscine pour se reposer car le lendemain, nous nous levons très tôt pour prendre notre 1er ferry direction l’île de Brac.

Jour 7 : île de Brac à la journée depuis Split à Supetar (50 min) –puis liaison Sumartin – Makarska (1h) puis route jusqu’à Drvenik 30 mn – nuit à Drvenik

Réveil 4 h (ça pique) puis départ 4h15 pour arriver au ferry 20 mn plus tard. Nous regardons le panneau d’affichage pour trouver le bon quai car les indications ne sont pas évidentes. Il y a déjà une quinzaine de voitures devant nous alors que le départ n’est prévu qu’à 6h15 et il n’est que 4h45 soit 1h30 avant. Il y a plusieurs lignes, on ne sait pas trop laquelle choisir, on se met derrière les autres voitures qui attendent. Finalement, on embarque à 5 h et… le bateau s’en va à 5h15. On se rend compte qu’avec notre avance, nous avons en fait embarqué dans le premier ferry qui partait à 5h15 et non pas celui de 6h15 comme on avait prévu ! Pas grave, on sera sur l’île plus tôt ! 🙂
Nous débarquons sur l’île de Brac 1 h plus tard.

Brac

Il faut savoir que le village de Bol est à l’opposé de Supetar. Il y a 35 km qui les séparent. Le réseau routier est très bon sur l’île, mais les routes sont tout de même assez sinueuses donc comptez une moyenne de 50 km/h.

Plage de Zlatni rat à Bol

Fidèle aux photos, la plage de Zlatni rat surnommée la « Corne d’or » est superbe.
Nous y arrivons vers 7 h, il n’y a personne, du coup, on se gare gratuitement sur le parking. Nous profitons d’être seuls pour faire voler le drone. C’est tellement agréable quand il n’y a personne ! On se pose au bout de la pointe et profitons d’une petite baignade bien agréable. Nous resterons en tout 4h30 sur la plage ! Nous partons un peu avant midi, il y a maintenant nettement plus de monde et là, mauvaise surprise : nous retrouvons un sabot sur la roue de notre voiture !

Nous allons voir le gars qui se trouve désormais à l’entrée du parking dans une petite guerite qui nous renvoi vers un autre gars un peu plus loin détenteur de la clef pour enlever le sabot. Nous tombons sur un gentil Monsieur à qui nous expliquons qu’à notre arrivée à 7 h, il n’y avait personne et que nous ne pouvions de fait pas payer. Il s’excuse pour ce désagrément et nous explique qu’apparemment le parking ouvre à 8 h. Il nous demande de payer 10 € au lieu de 20 € la journée et nous propose de revenir si on veut dans la journée avec ce ticket.

Nous rejoignons le village de Bol le long de la mer pour acheter quelques souvenirs en pierre blanche de Brac, une des plus connues au monde qui, parait-il, aurait servi entre autres à la construction de la maison blanche à Washington. A peine sortis de la voiture, un type nous demande 2 € pour 1h. Nous lui expliquons que nous ne souhaitons rester que 30 mn max mais pas moyen de négocier.

Point de vue Vidova Gora

12h30, route vers le viewpoint Vidova Gora. On y arrive à 13h20, la vue est magnifique. On en profite pour faire notre pause pique-nique.

Vidova Gora (778 m), le point culminant de Brač, offre une vue imprenable sur Zlatni Rat et Bol en contrebas, ainsi que sur les îles adjacentes de Hvar et Vis.
Vidova Gora peut être atteint de deux manières : à pied ou en voiture.
La première solution consiste à faire une randonnée depuis Bol jusqu’au sommet de la montagne. Il convient de noter que la randonnée est extrêmement éprouvante et n’offre aucune ombre. Il faut compter 6 heures pour faire l’aller-retour seuls ou lors d’une randonnée avec guide.
Vous pouvez également vous rendre en voiture au sommet de Vidova Gora. Inutile de dire qu’il s’agit d’une méthode bien plus pratique et rapide pour s’y rendre, surtout si vous ne disposez que d’1 jour ou 2 sur Brač.

Škrip

A 14 h, nous partons en direction du village de Skrip. Nous faisons l’impasse sur Milna pour ne pas avoir à courir. La route traverse une forêt de sapins, ça sent bon. Nous arrivons à 14h30.

Fondé il y a plus de 5000 ans, Škrip est le plus ancien village de l’île. Perché en haut d’une colline, ce charmant petit village se caractérise par ses pittoresques maisons en pierre, les ruines d’un vieux château et ses vestiges des époques illyriennes et romaines. Vous pourrez en outre visiter 2 musées dans ce petit hameau : Le musée de l’huile d’olive (Muzej Uja) et le musée de l’île de Brač (Muzej otoka Brač) : vous pourrez y découvrir des vestiges préhistoriques et antiques. Le village abrite également un important cimetière romain. Un de ses mausolées abriterait les dépouilles de la femme et la fille de l’empereur Dioclétien.

Nous y restons 10 mn pour faire le tour car nous ne visitons pas les 2 musées. Le village est minuscule mais très mignon. On ne croise pas grand monde..

Nous tentons la plage de Lovrecina, réputée notamment car c’est la seule plage de sable fin de l’île de Brač, mais le parking est encore payant et il n’y a pas de place. On y aperçoit un très étroit banc de sable en guise de soi disant plage blindé de monde donc nous décidons de reprendre la route en direction du ferry en espérant trouver d’autres petites criques sur le chemin car il n’est que 15h15. Trop tard pour prendre le ferry de 16h30 qui est à 1 h de route, il va donc falloir attendre celui de 20 H…

Pusisca

On s’arrête à Pusisca sur un parking gratuit un peu avant le centre. Il y a un joli clocher orthodoxe mais toujours pas de vraies plages dignes de ce nom mais plutôt des petits bouts de plagettes caillouteuses. On se pose tant bien que mal et faisons trempette bien que l’eau soit très fraiche. On y restera jusqu’à 17h30 pour ensuite rejoindre le port de Sumartin qui se trouve à 30 mn. Le ferry n’est qu’à 20 h mais comme c’est le dernier on ne veut pas prendre le risque de le rater et arriver bien en avance étant donné que c’est 1er arrivé, 1er servi. On y arrive à 18 h, on prend une pizza qu’on mange sur la jetée devant l’embarcadère. Devant le manque d’indication, on se fait confirmer par une dame du bureau de la compagnie Jadrolinija, situé juste en face, dans quelle file il faut aller.

On embarque un peu avant 19h45 mais cette fois-ci un employé du ferry demande que je monte seule à pieds pendant que Steph gare la voiture. C’est parti pour 1 h de traversée jusqu’au port de Makarska. On s’attendait à un petit port mais nous débarquons dans une grosse ville très animée avec une multitude de bars et restaurants. Nous n’y restons pas car il nous reste encore 30 mn de route pour rejoindre notre hébergement à Drvenik et il est déjà 21h30. Dommage qu’il fasse nuit car la route qui longe la côte pour rejoindre Drvenik a l’air très jolie.

Nous arrivons à notre hébergement vers 22h. L’hébergement est top avec une super vue juste devant la mer. Il y a une jolie plage dont on ne profitera malheureusement pas car nous repartons tôt le lendemain matin pour prendre le ferry vers l’île de Hvar.

Une douche et dodo car c’est encore un réveil matinal qui nous attend le lendemain pour prendre le ferry de 7h30 et comme il est conseillé d’y être 1 h avant, la nuit va encore être courte. Heureusement, l’embarcadère n’est qu’à quelques mètres de l’hôtel.

Jour 8 : île de Hvar – Liaison Drvenik  – Sucuraj 35 mn – nuit Hvar

L’île de Hvar figure souvent dans les classements des plus belles îles du monde. Réputée pour ses sites naturels d’exception et un patrimoine historique riche, nous avons choisi d’y rester 2 jours pour prendre le temps d’en profiter.

Nous arrivons dans la file d’attente du ferry à 6h30. Il y a déjà 10 véhicules devant nous dont un bus et un camion mais cette fois-ci, il s’agit d’un gros ferry donc aucune crainte, tout le monde rentrera ! En attendant d’embarquer, nous partons acheter de quoi grignoter pour le petit-déjeuner dans une pekara (boulangerie) et retirer de l’argent. Nous cherchons le distributeur qui prend le moins de frais car même si notre carte Revolut ne prend aucun frais, c’est le distributeur croate qui en prend. Celui proche de notre hôtel ne prend que 3,25 € tandis que celui proche du bureau Jordalinjia en prend le double soit 6,25 € !

Après 30 mn de traversée, nous arrivons sur l’île de Hvar à 8h au porte de Sucuraj.

Hvar

La plage Dubovica

Nous décidons de commencer la journée par la plage de Dubovica. Située sur la côte sud, elle se trouve à une dizaine de kilomètres au sud de la Vieille Ville de Hvar. Nous y arrivons à 9h30. A cette heure-ci, il n’y a pas grand monde, nous nous garons sur l’une des quelques places de parking et empruntons un sentier de 400 m pour rejoindre la plage en contrebas. Il s’agit d’une très jolie plage de galets, entourée de petites maisons en pierre pittoresques, l’eau est translucide et toujours un peu fraîche mais ce lieu encore rempli de quiétude à cette heure-ci nous ravie. Calme, elle est nichée au fond d’une petite baie. Nous y avons trouvé une atmosphère bien spéciale et un décor exceptionnel.

Les touristes commencent à arriver en fin de matinée, nous repartons un peu avant midi direction la plage de Zarace.

Plage de Zarace

Nous vous conseillons d’arriver tôt car il y a très peu de possibilités pour se garer. Ce qui finalement limite naturellement le nombre de personnes sur la plage ce qui n’est pas si mal ! Nous y sommes arrivés à 12h30 et avons dû déplacer légèrement un scooter pour se faufiler sur une petite place.

Plutôt que de parler d’une plage, il s’agit en réalité de petites criques accessibles après avoir descendu les quelques marches d’un escalier aménagé.
L’endroit idéal pour pique-niquer et se baigner dans des eaux transparentes, loin de toute civilisation. N’oubliez pas vos chaussons de mer.

Milna

Milna est le village le plus proche de Hvar, situé à 10 mn en voiture. Il s’agit d’une petite station balnéaire. Un parking gratuit à l’entrée du village permet de se garer facilement. C’est appréciable contrairement à l’île Brac où nous étions la veille où il fallait payer partout dès qu’on voulait s’arrêter. Nous trouvons qu’il y a aussi nettement plus de plages sur Hvar et l’ambiance nous plaît davantage.

Nous cherchons un endroit pour déjeuner et repérons un bar dont la décoration et le nom nous attire : le tiki bar, souvenir de notre voyage en Polynésie ! En continuant après le bar qui longe un camping, vous trouverez une jolie crique cachée derrière les pins. Nous nous y baignons puis reprenons la route vers 15h30 direction la plage de Zukova.

Vous pouvez aussi découvrir la plage de Milna en réservant cette excursion au départ de la gare routière de Hvar. A travers une randonnée dans un environnement naturel unique, fait de vignobles, de champs de lavande et de petits villages charmants, vous traverserez Malo Grablje, un village traditionnel où vivent seulement deux familles mais qui renferme une histoire fascinante. Puis la randonnée continuera jusqu’à la plage de Milna où vous pourrez vous baigner dans ses eaux turquoises ou profiter d’un délicieux repas dans un restaurant local.

Plage de Zukova

Du parking, comptez une petite dizaine de minutes pour descendre sur un sentier en pierre (qu’il faudra ensuite remonter !) Prévoyez de bonnes chaussures. L’endroit est presque désert et là encore, nous préférons parler de crique plutôt que de plage. Nous nous posons sur un rocher puis nous partons vers 17h30 pour rejoindre notre hébergement situé à Jelsa, à 20 mn de route.

Après nous être installés et avoir pris une bonne douche, nous partons découvrir la ville de Jelsa à pied, sur les conseils de notre hôte, par un chemin qui descend depuis l’appartement pour rejoindre le centre en 500 m ce qui évite d’y aller en voiture et de payer le parking. Nous nous baladons sur le port et déambulons dans les ruelles avant de dîner dans un restaurant situé sur le port.

Jour 9  : Hvar – ferry 35 mn de Sucuraj à Drvenik puis route vers Prapratno 1h15– nuit à Ston

Pour notre 2ème sur l’île de Hvar, pas de réveil aux aurores mais un réveil sous la pluie… Heureusement, le temps se dégage assez vite et nous partons en direction des champs de lavande.

La lavande de Hvar

Au cœur de l’île, on trouve pas mal de champs de lavande (et de romarin). Vous en trouverez notamment autour du village de Brusje, en haut de l’ancienne route qui mène à Stari Grad. D’ici, la vue sur les champs de lavande et la mer est imprenable.

Sachez qu’un peu avant l’entrée de Jelsa, qu’il existe également un petit champ de lavande aménagé avec un stand et des décors très instagrammables. 4 € l’entrée.

Balade dans la ville de Hvar

Nous nous garons au parking du car wash (0,50 €/h ou 4 € la journée). Nous y arrivons à 10h et repartons à midi en direction de la forteresse espagnole pour admirer le point de vue sur la ville de Hvar. Pour y monter, deux options s’offrent à vous :
1) La première est de monter à pied ! Un chemin aménagé en escaliers commence juste derrière le port. Cela vous prendra quelques minutes mais la pente est plutôt raide.
2) Si vous disposez d’une voiture, la deuxième option consiste à vous y rendre par la route, ce que nous avons naturellement choisi. Un parking gratuit est aménagé. Arrivés en haut, vous aurez une vue sur la ville et les nombreuses petites îles aux alentours. Nous apercevons notamment Vis à l’horizon. Si vous souhaitez visiter la forteresse, sachez que l’entrée est payante.

Nous souhaitions découvrir la plage Sveta Nedjelja mais la route en cailloux pour y accéder était barrée sur les panneaux, nous n’avons donc pas tenter d’y aller.

Stari Grad

Nous partons découvrir Stari Grad, la deuxième ville principale sur l’île de Hvar. On se gare sur quelques places gratuites avant le port pour ne pas payer le parking. L’ambiance est tranquille et authentique. Prenez le temps de flâner sur son petit port coloré et dans son labyrinthe de ruelles pour admirerer d’anciennes maisons dalmates en pierre. Vous pourrez également visiter de belles églises et monastères, ainsi que la belle résidence fortifiée Tvrdalj du poète Petar Hektorović.

Nous y restons 1 h puis à 13h45 nous reprenons la route vers Sucuraj pour prendre le ferry de 16h30 au lieu de celui de 18 h que nous avions initialement prévu. Nous avons vu tout ce que nous avions prévu et 1 h de route nous attend encore pour rejoindre notre hébergement du soir à Ston. L’avantage des billets pour le ferry c’est qu’ils ne sont pas réservés sur un horaire précis ce qui permet de modifier ses plans si besoin.

Finalement, en arrivant à 14h55 au port de Sucuraj, nous avons tout juste le temps d’embarquer sur le ferry qui part à 15h ! Il est quasiment vide. Nous arrivons 35 mn plus tard.

Après 1 h de route, nous arrivons à Ston. Super accueil de notre hôte et très belle chambre. Nous posons nos sacs (on a pris l’habitude de ne pas prendre nos 2 valises lorsque nous ne restons qu’une nuit car les parkings sont souvent à environ 200 m et les hébergements sont toujours accessibles par des escaliers donc on prend juste le nécessaire pour se changer et on laisse le reste dans la voiture, devenue en quelques sorte notre dressing roulant !) Puis nous partons admirer les remparts de Ston, sorte de mini muraille de Chine croate, situés juste à côté.

Il est possible d’y monter mais la chaleur accablante et la fatigue de la journée nous en dissuade. Nous faisons un petit tour dans Ston, assez rapide car le village est tout petit puis nous rentrons nous doucher et manger au restaurant situé juste en bas de l’hébergement qui semble également appartenir à notre hôte ou du moins à la famille.

Jour 10 : île de Mljet – Liaison Prapratno – Sobra 45 mn – nuit Mljet

Ce matin, réveil à 5h30 pour arriver au petit port de Prapratno à 6h. Il y a seulement 1 voiture devant nous. Départ prévu à 7 h et 35 mn de traversée.

Mljet

En arrivant sur l’île de Mljet nos premières impressions sont très positives. C’est très vert par rapport aux 2 autres îles que nous avons faites et il n’y a quasiment personne ! On se dit qu’on a bien fait de prévoir 2 jours sur l’île et avons hâte de partir à la découverte du parc national avec ses 2 lacs salés.

L’île de Mljet n’est pas très grande : 37 km d’ouest en est et 3 km de large. Il faut environ 1 h en voiture pour relier Pomena (le village le plus à l’ouest) à Saplunara (le village le plus à l’est).

Une route dessert les villages les plus importants. Pomena et Polace sont les points les plus touristiques de l’île de Mljet. Et Sobra, situé à 27 km à l’est de Polace. Le parc national, que couvre la partie ouest de l’île de Mljet, est accessible à partir de ces deux ports. La partie orientale de l’île est moins fréquentée.

Visiter le parc national de Mljet

Les visiteurs ne peuvent entrer dans le parc que par les entrées officielles du Parc National de Mljet : Crna Klada, Pomena et Polače. Les villages de Pomena et Polače sont reliés aux lacs par un système de sentiers forestiers.
Si vous ne résidez pas dans l’un des villages du parc, vous devrez laisser votre voiture à l’entrée du village de Govedari et vous acquitter du droit d’entrée (25 € par personne, incluant les traversées en bateau et en petit train, et valable autant de jours que vous le souhaitez – il faut juste l’indiquer à la guérite en achetant vos tickets.). Le parc se visite à pied, en petit train touristique, ou à vélo. La location de vélo est possible au parking ainsi que dans plusieurs villages du parc.

Nous avons choisi de marcher. Les distances ne sont pas si longues et les lignes de bateau aident bien à parcourir le parc. D’autant plus que certains sentiers ne sont pas accessibles aux vélos et que la location à la journée n’est pas donnée.

Il y a 3 embarcadères :
– L’Office du Tourisme (Pristaniste)
– Le Monastère sur l’île de Sveta Marija
– L’entrée du petit lac (Pont de Mali Most)

Plusieurs bateaux électriques fonctionnant à l’énergie solaire effectuent des rotations toutes les 30 minutes entre ces embarcadères. Le premier bateau part de Pristaniste à 8h et le dernier quitte Sveta Marija à 19h30.

Nous arrivons au parc à 8h30, nous nous garons au parking de Gobevari et achetons nos billets. Une jeune femme nous explique sur le plan quoi voir et comment s’y rendre puis nous prenons le petit train électrique pour rejoindre Pristaniste.

Info sur l’utilisation d’un drone dans le parc de Mljet

Plusieurs panneaux indiquent que l’utilisation du drône est soumis à autorisation. Nous nous adressons au guichet d’information où une dame nous explique qu’il faut faire la demande par mail 48 h à l’avance. Dans tous les cas, pas de regrets car, pour obtenir cette autorisation, il est obligatoire d’avoir une police d’assurance pour le drone, ce que nous n’avons pas.

Cette petite entrevue nous fait rater le bateau à 1 mn près pour rejoindre le monastère, du coup nous partons à pied rejoindre le pont de Mali Most. Pour cela, nous longeons une partie du grand lac avant d’arriver au pont puis nous faisons le tour du petit lac. Les couleurs sont magnifiques, une invitation à la baignade, qui cette fois-ci est autorisée avec en prime l’agréable surprise de se baigner seuls au monde dans une eau salée limpide proche des 30° ! Il n’y a pas vraiment de plage mais quelques rochers pour se poser, c’est très agréable. C’est calme, très peu de monde, on apprécie vraiment. 

île de Sveta Marija

Nous finissons le tour du petit lac jusqu’au pont de Mali Most et nous prenons le bateau électrique pour rejoindre l’îlot Sainte-Marie, situé au milieu du Veliko Jezero, non loin de sa rive sud. Toutes les 30 mn, durant les heures d’ouverture du parc, des bateaux (compris dans le prix d’entrée) y mènent à partir de Mali Most, le pont à proximité du canal entre les deux lacs, et de Pristanište.
Le monastère bénédictin a été fondé en 1198, mais reconstruit plusieurs fois, et des traits Renaissance et baroques se sont ajoutés à la structure romane.

Le trajet en bateau électrique est super agréable, pas de bruit et les sièges sont hyper confortables, on s’endormirait presque ! Le bateau fait un 1er arrêt à Pristaniste 15 mn plus tard avant de s’arrêter au monastère où nous descendons. Nous arrivons sur l’île de Sveta Marija vers 12h30. N’ayant rien prévu à manger, nous demandons un sandwich à emporter au restaurant, que nous attendons 20 mn et qui ne restera pas dans les anales gastronomiques…

Nous partons faire le tour de l’île qui se fait très rapidement puis nous prenons un petit bateau à moteur pour aller sur le rivage en face et monter au point de vue de Vikisova pour admirer l’île et le monastère d’en haut.

On y accède par un sentier de 500 m. Après être redescendus, on s’octroie une petite baignade pour se rafraichir. Pour revenir sur l’île, il suffit d’agiter le drapeau rouge (en mode Pekin Express 🙂 ) accroché près du rivage pour que le petit jeune vienne nous chercher. Il fait ça toute la journée gratuitement (sans oublier de demander si nous avons mangé au restaurant, il semblerait qu’il s’agisse d’une affaire familiale).
De retour sur l’île, nous prenons une glace au restaurant puis attendons le bateau de 15h30 pour retourner à Pristaniste.

Ascension du Montokuc

Nous sommes de retour au parking à 16h15 après avoir parcouru les derniers mètres avec le petit train électrique. Une manière de se préserver avant l’ascension au point culminant de l’île à Montokuc en 45 mn. ça grimpe sévère mais la vue magnifique à l’arrivée offre une belle récompense. Les vues panoramiques du parc national sont magnifiques : les lacs, le monastère, la baie de Polace, et même les îles de Lastovo et de Korcula.
Nous mettons 35 mn pour redescendre et sommes de retour au parking à 18 h.

Avant de rejoindre notre hébergement situé à Sobra, nous prenons de quoi manger sur la route pour le soir car on a envie de rester tranquilles et des sandwichs pour le lendemain midi car il n’y a pas grand chose sur l’île.

L’hôte qui nous accueille est adorable mais ne parle que Croate, elle nous explique que d’ordinaire c’est sa fille qui s’occupe des arrivées mais qu’elle a dû s’absenter. Heureusement, Google traduction est notre ami. 🙂

Cette première journée sur l’île de Mljet fut extra, nous avons eu un vrai coup de cœur pour cette île, la dernière de notre road trip en Croatie. Une île verte, sauvage, avec très peu de monde, tout ce qu’on aime ! Nous avons adoré nous balader au milieu de ces paysages magnifiques qui nous ont parfois rappelé le parc d’Abel Tasman en Nouvelle-Zélande.

Jour 11 : île de Mljet puis ferry liaison Sobra – Prapratno 45 mn et route vers Dubrovnik 1h – nuit Dubrovnik

Après la découverte du parc national de Mljet la veille, cette deuxième journée confirmera notre coup de pour cette île où le vert côtoie le bleu dans une osmose parfaite!

Odysseus Cave : Plonger dans la grotte bleue de Mljet

La grotte de l’Odyssée figure parmi les attractions les plus ludiques très appréciées des touristes sur l’île de Mljet.

Selon la légende, c’est dans cette grotte que la déesse Calypso, amoureuse d’Ulysse, l’aurait enfermé pendant 7 ans, jusqu’à ce que Zeus s’en mêle et ordonne sa libération.

Il s’agit concrètement d’une grotte calcaire avec un tunnel de 20 mètres à l’intérieur duquel il est possible de nager tout en admirant la couleur bleue de l’eau qui, par la luminosité, semble par endroits comme éclairée par des spots. L’expérience est vraiment sympa, à ne pas rater sur l’île !

Comme toute attraction, elle est très recherchée par les touristes surtout en période estivale. Si vous voulez en profiter tranquillement, essayez d’arriver tôt, avant 10h en été. Jusqu’en milieu de matinée, vous serez presque seul, puis subitement, les touristes débarquent et ne cessent de se baigner ou de se balader en barque jusqu’au début de soirée.

La grotte d’Ulysse est facilement accessible depuis la plus grande localité de l’île, Babino polje. Garez-vous à côté de la supérette Tommy et prenez le sentier qui vous amène au pied de la grotte en 20 mn environ. La fin du sentier est assez escarpé, prévoyez de bonnes chaussures. Au début du chemin, nous croisons un papi qui discute avec nous quelques minutes. Les gens sont vraiment gentils ici.

Après avoir remonté le sentier sous une chaleur déjà accablante, nous reprenons la route vers 10h en direction des plages.

Nous nous arrêtons en bord de route en haut du village de Prozurska Luka, la vue est splendide. Tout comme celle sur le village de Okuklje. Nous ne croisons quasiment aucune voiture donc il est facile de s’arrêter quelques minutes pour prendre des photos.

Plage de Saplunara

10h20, direction la plage de Saplunara pour profiter d’une plage de sable fin si rare en Croatie. Un petit parking permet de se garer gratuitement et il suffit de descendre quelques marches pour rejoindre la plage. On s’y baigne puis à l’heure du déjeuner, nous remontons manger un cevapi à la petite roulotte située juste devant le parking.

A 14h, nous reprenons la voiture pour aller voir la plage de Limuni (Bace) qui n’est pas loin, accessible en voiture par un chemin caillouteux, mais cette plage nous emballe moins. Cela ressemble plus à une sorte de lagon peu profond mais avec des cailloux. La plage fait plus sale, l’eau est plutôt marron. Cela ressemble plus à une rivière. Du coup, on préfère repartir à la plage de Saplunara et y passer le reste de l’après-midi.

Nous arrivons à Sobra vers 18h. Le ferry ne part qu’à 19h30 alors on boit un verre en attendant. Finalement, hormis sur les grosses lignes au départ de Split, toutes les traversées que nous avons prises n’étaient jamais pleines. Inutile donc d’arriver trop en avance, du moins, à cette période de l’année.

30 mn de traversée plus tard, nous voilà de retour sur la terre Croate à Prapratno, direction Dubrovnik. 1 h de route nous attend pour rejoindre notre dernier hébergement situé à Mokosica, à 7 km de Dubrovnik. Nous longeons la côte qui est magnifique. On y aperçoit des plages, les îles en face et la mer à perte de vue. Dommage qu’il fasse déjà presque nuit. A refaire, nous aurions repris le ferry de 16 h pour pouvoir profiter de la côte au retour sous la lumière du jour et du soleil.

Nous arrivons à l’hébergement à 21 h, l’hôte nous avait laissé des instructions claires et détaillées par message pour entrer. C’est la seule fois où nous n’avons pas été accueilli en personne. L’intérieur du logement est un peu daté mais l’extérieur est très sympa.

Si vous n’avez qu’une journée à consacré à Mljet, vous pouvez opter pour une excursion sur l’île de Mljet depuis Dubrovnik.

Jour 12 : Visite Dubrovnik nuit Dubrovnik

On se réveille vers 8 h et des croissants nous attendent devant notre porte, une attention adorable de la part de notre hôte. Au programme de la journée : visite de la vielle ville de Dubrovnik.

Pour cela, nous prenons le bus. Il y a un arrêt devant l’hébergement et notre hôte nous a fortement déconseillé de rejoindre Dubrovnik en voiture car il est très difficile de s’y garer et les parkings sont très chers (plus de 11 €/h !) Nous prenons la ligne 1B à 8h50 (ce qui ne correspond pas aux horaires indiqués mais peut-être est-il en retard ou en avance…)

Bon plan : Réservez une visite guidée gratuite dans Dubrovnik, c’est le meilleur moyen de découvrir cette ville de la côte dalmate et sa vieille ville classée au patrimoine mondial.

Dubrovnik

Connue pour sa vieille ville entourée d’énormes remparts en pierre datant du XVIe siècle, la cité médiévale de Dubrovnik regorge de monuments particulièrement bien conservés, de style baroque à Renaissance, en passant par le gothique.
La visite pourrait être appréciable en dehors de l’affluence massive de touristes (et nous ne sommes qu’en début de saison…) et sans l’impression d’être pris pour une vache à lait. Car franchement tout est vraiment BEAUCOUP plus cher que dans toutes les villes du monde que nous avons pu faire !
Le bus nous dépose juste devant l’entrée de la vieille ville vers 9h15. Nous faisons le tour de la vielle ville à pied. Nous avions initialement prévu de monter sur les remparts qui font pratiquement tout le tour de la cité historique mais à 35 €/personne, nous avons abandonné l’idée. Il faisait une chaleur accablante et le monde que l’on apercevait sur les remparts nous a dissuadé de payer 70 € à 2 pour avancer à la queue leu-leu en plein cagnard.
Si le prix ne vous effraie pas, sachez que les remparts sont ouverts toute la journée entre 8h et 19h30, néanmoins nous vous conseillons de les visiter tant qu’il ne fait pas trop chaud et qu’il y a peu d’affluence. Il faut compter 2 bonnes heures pour faire le tour sans se presser.
On a préféré se balader dans les ruelles même si là encore la foule rend la balade plus oppressante qu’agréable.
A l’ouest des remparts, vous pourrez aussi découvrir la forteresse Lovrijenac, installée sur son promontoire rocheux en bord de mer. L’entrée est à 15 €. A noter que votre billet des remparts est valable pour le fort ce qui vous fera économiser une petite somme. De plus, les horaires sont les mêmes que la ville fortifiée.
Elle est apparue dans la série Game of Thrones, puisque c’est à Dubrovnik qu’ont été réalisées les scènes se déroulant à Port-Réal. Pour les fans, vous pourrez donc visiter les différents spots qui ont servi à la série Game of Thrones par le biais d’un circuit organisé ou d’une croisière commentée spéciale Game of Thrones.

La Stradun

Principale artère touristique de la ville de par ses magasins, ses cafés et restaurants, elle est souvent bondée et encore plus en été. A noter que les magasins de la Stradun proposent des souvenirs de basse qualité et souvent à un prix excessif.

Le monastère franciscain

Apercevable depuis les remparts, c’est le seul monument que nous avons visité à Dubrovnik. Outre son magnifique cloître, vous y trouverez la 3ème plus ancienne pharmacie du monde. Il y aussi une très belle bibliothèque malheureusement inaccessible lors de notre passage car occupée par des moines en pleine prière. En tant qu’attraction incontournable de la ville, le monastère accueille diverses expositions tout comme un musée.
L’entrée coute 6 €/personne (le gars à l’entrée a pris notre billet de 10 € et nous à dit d’y aller…)

Conseil : le city pass Dubrovnik coute 35 €/personne et inclus plusieurs sites dont les remparts donc quitte à payer, pensez-y. 😉
Pour être honnêtes, nous ne gardons pas un très bon souvenir de notre visite de Dubrovnik principalement à cause de la foule mais surtout à cause des prix exorbitants pratiqués dans la ville.
Des parkings à 11h/h, le moindre monument est payant. Quant aux souvenirs, 2€ la carte postale, 15€ le mug, ça vous donne la tendance !  On a retrouvé des souvenirs identiques que l’on avait repéré quelques jours plus tôt sur l’île de Brac par exemple qui se vendent 3 à 4 fois plus cher à Dubrovnik !
Honnêtement, on a trouvé les prix indécents et on ne peut pas cautionner ça. Sans parler de l’inexistante amabilité des commerçants et des travaux partout qui gâchent les monuments.

Ceci n’est que notre avis et n’enlève en rien à la beauté et à l’intérêt de certains monuments particulièrement bien conservés. Mais vous êtes prévenus.

Sachez que vous trouverez pas mal d’activités et d’excursions au départ de Dubrovnik.

Finalement, après avoir mangé un sandwich, nous n’avons qu’une envie : fuir la foule ! Nous reprenons le bus à 13h40.  A noter que le prix du ticket de bus affiché sur la cabine du conducteur est de 1,99 €. Nous avons à chaque fois donné 4 € (pour 2) et la monnaie ne nous a jamais été rendue. Alors pour 2 centimes, la question n’est pas là, mais multiplié par le nombre de passagers et notamment de touristes, ça doit faire un bon p’tit bénef à la fin de l’été ! 🙂

Le mont Srđ et son fort

Pour avoir la meilleure vue sur toute la ville de Dubrovnik, ses toits en tuiles, la mer Adriatique, l’île de Lokrum et celles des Elaphites, rien ne vaut le panorama que propose le sommet du mont Srđ.

Pour y accéder, 3 options :

  • le téléphérique : option la plus rapide mais aussi la plus chère : en moins de quatre minutes, le téléphérique de Dubrovnik vous transporte depuis le nord des remparts de la ville jusqu’au Mont Srđ, moyennant 27 € l’aller-retour.
  • à pieds : pour les courageux, vous pouvez également monter au sommet du mont de 405 mètres à pied par un sentier.
  • en voiture, pour les feignants comme nous : de retour à notre hébergement, nous prenons la voiture pour rejoindre le point de vue car nous n’avons pas l’énergie de monter à pied sous cette chaleur et le téléphérique est hors de prix. Nous nous garons sur le parking au sommet. Le ciel est légèrement brumeux et les câbles du téléphérique gâchent un peu la vue pour les photos. Finalement, on finit par trouver un point de vue plus sympa en s’arrêtant sur le bas-côté un peu avant le sommet.

Ramer jusqu’à l’île de Lokrum

Nous ne l’avons pas fait mais à seulement 600 m de la côte dalmate, l’île de Lokrum est, parait-il, un véritable havre de paix. Les plages y seraient moins fréquentées et les multiples zones boisées offrent un refuge appréciable en cas de fortes chaleurs. S’y rendre en kayak est une activité à faire à Dubrovnik car en chemin, vous pourrez vous arrêter à votre gré dans les multiples criques ou grottes inaccessibles par voie pédestre.

Copacabana beach

On décide ensuite d’essayer de trouver une plage sympa pour se rafraichir. Sur le papier, la plage de Copacabana nous attire mais sur place, là encore nous sommes déçus. L’endroit n’a rien d’exceptionnel et il y a beaucoup (trop) de monde, pas de place pour se poser sans empiéter sur la serviette du voisin. Du coup, nous rentrons à l’hébergement profiter de la piscine au calme, confortablement allongés sur nos transats.
J’en profite pour gouter la fameuse boisson dalmate au nom rigolo pour nous français : un Pipi ! Rassurez-vous, le goût n’a rien à voir mais ressemble à de l’Orangina. 🙂

Jour 13 : Les Bouches de Kotor au Monténégro. 60 km /1h30 (passage frontière avant 7h)  – nuit Dubrovnik

Excursion au Monténégro pour voir les bouches de Kotor

Notre voyage en Croatie touche bientôt à sa fin.
Avant de partir, nous avons passé la frontière du Monténégro (située à environ 45 mn de Dubrovnik) pour découvrir les Bouches de Kotor formant une baie encadrée par les derniers sommets des Alpes dinariques.
Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la Boka, comme on la surnomme, alterne golfes et détroits, sur lesquels règnent entre autres les cités médiévales de Kotor et Perast.

Le plus spectaculaire étant les points de vue depuis les hauteurs qui mènent au sommet du parc national du Lovcen.

Conseil : passez la frontière le matin avant 7h30 si vous ne voulez pas prendre le risque de devoir patienter parfois plusieurs heures !
En quittant Makarska à 6 h du matin, nous sommes arrivés à la frontière à 7h15. Il y avait une dizaine de voitures devant nous. Nous passons la frontière croate 15 mn plus tard. Nous arrivons ensuite à la douane côté Monténégro et à peine 10 mn plus tard, nous voici acceptés au Monténégro avec un tampon de plus sur notre passeport. 🙂

Perast

Nous arrivons à Perast à 8h30. Nous trouvons quelques places de libres mais des jeunes nous demandent de payer 8 € pour la journée alors que la barrière se situe après et que rien n’indique que ces emplacements soient payants. On tente d’expliquer que nous ne souhaitons rester que 30 mn mais rien à faire, pas moyen de négocier. Nous trouvons un autre parking un peu plus haut mais cette fois-ci un homme nous arrête pour nous dire que ce parking est réservé aux clients qui ont ont payé une excursion avec un bateau. On fini par trouver quelques places, cette fois-ci gratuites, encore un peu plus haut et nous descendons un bon nombre de marches pour arriver au petit port de Perast. Le tour est vite fait (cela ne justifie vraiment pas de payer 8 €/jour). C’est agaçant de se sentir obligé de payer pour la journée quand on ne souhaite rester sur un site qu’une heure maximum.

Kotor